Informativa

Per migliorare il nostro servizio, la tua esperienza di navigazione e la fruizione pubblicitaria questo sito web utilizza i cookie (proprietari e di terze parti). Per maggiori informazioni (ad esempio su come disabilitarli) leggi la nostra Cookies Policy. Chiudendo questo banner, scorrendo questa pagina o cliccando qualunque suo elemento acconsenti all'uso dei cookie.

OK X
Globalist:
stop



islam/femmes

Les salafistes attaquent l'université de Manouba

Una trentina di salafiti attaccano l'università di Manouba, aggradiscono gli insegnanti e li minacciano di morte. La polizia - chiamata - non interviene.

Giuliana Sgrena
martedì 24 gennaio 2012 18:13

Une trentaine de salafistes attaquent l'université de la Mannouba, violentent les enseignants et les menacent de mort.
Une trentaine de salafistes ont attaqué l'université de la Manouba, empêché les étudiants de passer leurs examens et violenté les enseignants allant jusqu'à les menacer de mort.
D'après des témoins sur place, ces énergumènes cassent les vitres du département d'arabe et insultent les professeurs. Il paraitrait que l'un deux serait blessé et ce en l'absence de tout agent de sécurité.
La faculté de Lettres de la Manouba a été le théâtre d'incidents violents à l'occasion de la première journée des examens semestriels, mardi 24 janvier 2012. Des tensions provoquées une nouvelle fois par des salafistes qui remettent en cause l'interdiction du port du voile islamique intégral à l'université.
Sous la pression d'étudiants et de radicaux salafistes qui réclament l'autorisation du port du niqab dans les salles de cours en Tunisie, la faculté des Lettres de la Manouba, un établissement située à 25 km à l'ouest de Tunis, a une nouvelle fois été perturbée, mardi 24 janvier.
Des étudiants ont tenté de forcer les portes et d'escalader les grilles de l'établissement pourtant déclaré «centre d'examens fermé» à l'occasion du début des évaluations semestrielles. La présence d'une quinzaine de gardiens universitaires, appuyés par des professeurs portant un brassage rouge, n'a pas suffi à dissuader les salafistes.
À l'occasion de cette session d'examen, des jeunes filles en niqab devaient signer un engagement selon lequel elles découvriraient leur visage une fois arrivées dans la salle d'examen, faute de quoi l'entrée leur était refusée. L'incident s'est produit à l'intérieur du campus (interdit à la presse) à la suite de l'expulsion d'une étudiante qui refusait d'ôter son niqab, ont rapporté des témoins.
"Profs molestés et insultés"
«Une cinquantaine de salafistes ont alors cassé la porte et brisé les vitres du département d'arabe, des profs ont été molestés et insultés», a témoigné Iqbal Laouini, une étudiante. «Le gouvernement Jebali nous laisse face à la terreur et à la violence, les enseignants sont les seuls à faire le sale boulot», s'est indignée de son côté une enseignante, Fadila Laouini.
Des dizaines de manifestants, en majorité non étudiants, selon la direction de la faculté, organisent depuis le 28 novembre un sit-in permanent dans l'enceinte des bâtiments et perturbent le déroulement des cours, ce qui avait entraîné la fermeture administrative de l'établissement. Début janvier, un accord avait été trouvé pour sa réouverture et l'organisation des examens, mais les manifestants sont restés sur place.